Monuments :
Antiquité
Moyen âge
XVI-XVIIIe siècle

Architecture militaire
Chateaux
Edifices religieux
Patrimoine maritime
Visites 3D
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
La toque d'Huriel

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Fort de Bellegarde, XVIIe siècle.


Fondation :
  • Vers 352
Sous le règne de :
  • Constance II - empereur romain de 337 à 361
Grandes dates :
  • 1285 : édification d'une tour de surveillance
  • 1324 : un texte évoque le château de Bellaguàrdia
  • 1475-1493 : la forteresse devient française
  • 1660 : la place est « dépassée et incapable de tenir un siège »
  • 1674-1675 : la forteresse est espagnole
  • 1679 : la place conçue par Vauban prend forme
  • 1793-1794 : le fort est pris par les espagnols
  • 1943-1945 : les allemands occupent la place

Principal intérêt :
  • Le fort de Bellegarde, la citadelle de Mont Louis et le fort Lagarde à Prats-de-Mollo, permettent au département des Pyrénées Orientales d'offrir un circuit de fortifications du XVIIème fort intéressant.
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1967. Propriété de l'Etat.
Bibliographie :
  • Pas de référence pour le moment.

C’est au milieu du IVème siècle (vers 352) que s’élève la première fortification -le fort des Cluses- au col du Perthus. Les soldats romains (en 415) et mérovingiens (en 673) y affronteront les troupes wisigothes.

En 1285, le roi de Majorque, Jacques II, fait édifier une tour pour surveiller les terres de son frère ennemi, le roi d’Aragon. Une quarantaine d’années plus tard, la tour s’est fortifiée car un texte de 1324 évoque le château de Bellaguàrdia. Celui-ci tombera entre les mains de Pierre IV d’Aragon en 1344.

Dans le dernier tiers du XVème siècle (1475), Louis XI, en conflit avec le roi d’Aragon, se fait remettre la forteresse de Bellegarde et fait démanteler « la Clusa ». En 1493, le roi de France doit restituer le Roussillon au roi d’Aragon.

Après la signature du traité des Pyrénées (en novembre 1659), Bellegarde redevient sentinelle française. La place, décrite en 1660 « comme dépassée et incapable de tenir un siège» commence à se renforcer neuf ans plus tard. En mai 1674, les espagnols y mettent le siège et Bellegarde tombe en quelques jours. En juillet de l’année suivante, les troupes françaises la reprennent. Quatre ans plus tard, la place s’agrandit et se modernise. Les travaux, lancés par Vauban et Saint-Hilaire, vont durer une vingtaine d’années.

Durant la Révolution française, le général Ricardos met le siège devant Bellegarde. Après deux mois de résistance, la garnison française capitule (juin 1793). L’année suivante, ce sont les soldats du général Dugommier qui après trois mois de blocus reprennent la place (septembre 1794).

Jusqu’en 1914, une garnison française occupera le fort. Lors du second conflit mondial, Bellegarde sert d’hôpital (1939) puis les allemands l’occupent de 1943 à 1945.



précédente - suivante