Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Ivry-la-Bataille

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château du Cheylard d'Aujac, XIIIe, XVe siècle.

Généralités - Historique - Diaporama

Fondation :
  • Début du XIIIe siècle.
Sous le règne de :
  • Philippe II Auguste (1180 - 1223).
Grandes dates :
  • XIIIe : Sous la dépendance des évêques d'Uzès.
  • XIVe: Vendu aux Cubières, nobles locaux.
  • 1609 : La seigneurie est érigée en baronnie.
  • 1805 : Le château est racheté par ses métayers, les Rigal.
Principal intérêt :
  • Situé dans un grandiose paysage de montagnes sauvages, le château construit dans un bel appareillage de granit est bien conservé. Le hameau castral, au pied du château, a lui aussi été préservé.
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1949. Propriété d'une personne privée.
Bibliographie :
  • Pas de référence pour le moment.

Né à la charnière du XIIème au XIIIème siècle, par la volonté de l’évêque d’Uzès et de Bernard d’Anduze, le Cheylard d’Aujac est mentionné en 1211 « bastida nova quae vocatur Caslar ». Mariage du glaive et de la crosse, il contrôle l’un des principaux axes des communications Nord-Sud au Moyen Âge, le « val Cizarencha ».

Victime collatérale de la croisade des Albigeois et de la pénétration royale dans le midi de la France, en 50 ans son destin bascule. Entre 1254 et 1308, l’Histoire lui enlève route et pouvoir. Au XIVème siècle, il sera vendu à des seigneurs locaux, les Cubières.

À l’occasion des Guerres de religion, il retrouve une importance provisoire.

En 1609, il est érigé en baronnie pour services rendus au roi de France.
Racheté en 1805 par ses métayers, les Rigal, il restera habité par la même famille jusqu’à aujourd’hui.

Protégé par sa petite taille, sauvé par son isolement, à l’abri dans l’oubli, il est le dernier témoin du Moyen Âge encore debout et en vie dans la Haute Vallée de la Cèze.

Inscrit depuis 1949 à l’Inventaire des Monuments Historiques, le château d’Aujac a bénéficié de plusieurs campagnes de restauration de 1998 à 2003 pour sauvegarder son donjon résidentiel et son hameau castral du Cheylard.

Ces travaux ont été réalisé avec le concours de l’Europe, la Fondation du Patrimoine, la Région Languedoc-Roussillon, la Direction Régionale des Affaires Culturelles, le Parc National des Cévennes, la Direction régionale de l’Environnement, le Conseil Général du Gard, sous la maîtrise d’ouvrage de l’Arrca (Association de recherches et restaurations du Cheylard d’Aujac).

Château et dépendances :

L’existence d’un château et de son village castral sur le même site est un exemple rare de conservation.

Soit au cours des siècles en s’agrandissant, le village absorbe le château jusqu’à disparition. Soit le château se développe au détriment du village. L’un a toujours servi de carrière de pierres à l’autre.

Ici, l’annexe du château a été préservé et le hameau du Cheylard restitue au monument sa dimension humaine.
Chapelle, colombier, clède, ferme, fontaine, forment une basse-cour insérée au pied des remparts. Ces bâtiments, encore actuellement en usage, participent à la vie d’un site où le feu ne s’est jamais éteint.

Un château pour demain :

L’été aux visiteurs, l’hiver aux chercheurs.
Depuis 20 ans, objet d’un programme de valorisation scientifique, culturelle, économique et touristique, le château d’Aujac animé conjointement par une Association et ses propriétaires, suscite dans le public un intérêt de plus en plus croissant.

Géographiquement excentré, il a su préserver son identité et constitue un réservoir de découvertes pour les chercheurs de demain.



précédente - suivante