Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Château-Rocher

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Brignac, XVe, XVIIIe siècle.

Généralités - Historique - Diaporama

Fondation :
  • XVème siècle.
Grandes dates :
  • Propriété de la famille de Brignac : XIVe – vers 1573.
Principal intérêt :
  • Château de granit bien conservé mêlant les différents styles d’architectures bretonne du XVème au XVIIIème siècle.
Statut :
  • Le château de Brignac précédemment inscrit à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques (MH) a été classé MH par arrêté du 5 mai 1975. La protection porte sur les façades et toitures du château ; et la tour en totalité. Propriété d'une personne privée.
Bibliographie :
  • DEGEZ Albert et MOSSER Françoise, « Vannes, 3-5 septembre 1969 » (compte-rendu des visites de sites et monuments réalisées lors du congrès annuel de la SHAB), Bulletin de la société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1969-1970, p. 26-27.?
  • FREMINVILLE (chevalier de), Antiquités de la Bretagne, monuments du Morbihan, 2e édition, Brest, 1834, p. 94-97

Historique :

Le château de Brignac fut le siège d'une ancienne seigneurie ayant appartenu successivement aux familles Brignac au XVe siècle, Papin en 1573, suite au mariage de Marie de Brignac avec Jean Papin, Kerguézec, Quistinic en 1642, Rosmadec, Talhouët en 1697, au comte de Montgermont en 1831 et à la comtesse de Neuchèze en 1930.

Pierre de Brignac, premier propriétaire de la seigneurie, est un fidèle du duc François II et de la duchesse Anne de Bretagne. De ses séjours à Amboise ou à Blois naît son désir d'égayer le vieux castel à demi ruiné de ses aïeux. Signe de ses prérogatives seigneuriales, il ajoute au corps de logis central existant une tour énorme qui hésite entre les préoccupations défensives et celles d'agrément et de confort. Un second corps de logis de plan carré est construit à l'arrière de la tour, qui permet à chaque niveau le développement d'un véritable appartement.

Architecture :

L’ensemble des constructions s'échelonne du XVème (corps central et donjon), XVIème (corps de logis en arrière du donjon), XVIIème (remaniement de la façade) au XVIIIe siècle (aile perpendiculaire à la façade).

La partie la plus remarquable est la tour du XVème siècle, avec son escalier d'accès, logé dans une tour. L’escalier est en pierre et à vis. L’accès se fait par une porte en anse de panier avec divers motifs sculptés. De chaque côté du fleuron, une inscription mentionne "fait par P. de Brignac et Pétronille de Robien, l'an 1509", la porte en menuiserie est à petits compartiments. A la partie supérieure, huit panneaux sculptés à petits personnages. Six fenêtres encadrées de moulures et couronnées d'une accolade fleurie à chou et à crosses s'étagent au-dessus de la porte en anse de panier avec accolade et pilastres à pinacles.
A chaque révolution, une baie donne sur la cour. Le donjon comporte trois salles superposées, les deux inférieures à poutres sculptées. Aux trois étages des cheminées monumentales, celle du premier est la plus ornée avec corniche sculptée avec trace de colonnes dégagées. Au dernier niveau, se situent un chemin de ronde et un mâchicoulis.

Au rachat du château par la famille de Talhouët, le jardin est aménagé conformément à la mode du moment : cour d’honneur et petit bassins à l’est, parterres supsendus au sud.
La chapelle, située dans le parc, est reconstruite en 1782, selon un plan rectangulaire à angles abattus. Elle réutilise un retable-lambris du milieu du XVIIIe siècle, très inspiré de celui de l'église de Moréac, paroisse voisine de Guégon d'où sont originaires les Talhouët.




précédente - suivante