Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Montségur

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Brie, XVe siècle.

Généralités - Historique - Diaporama

Fondation :
  • 1485 (le château que nous connaissons aujourd'hui)
Sous le règne de :
  • Charles VIII (1483-1498)
Grandes dates :
  • 1275 : mention d’un chevalier de Brie.
  • 1335 : mention du repaire de Brie.
  • janv 1485 : l’autorisation est donnée de fortifier la demeure.
  • vers 1600 (?) : la grange est fortifiée.
  • 1820 : des travaux de « rénovation » sont entrepris.


Principal intérêt :
  • Brie représente parfaitement la demeure rurale fortifiée de la fin du Moyen Age ; sa grange, avec échauguettes d'angle et couleuvrinières, est particulièrement bien conservée.
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1984. Propriété d'une personne privée.
Bibliographie :
  • Pas de référence pour le moment.

C’est dans le dernier tiers du XIIIème siècle (1275) qu’un dénommé Guillaume de Brie, (dont la famille est connue dans la région depuis le XIIème siècle) apparaît dans les textes en tant que « chevalier de Brie et de Montbrun ». Il faut toutefois attendre 1335 pour qu’une mention du « repaire ou hébergement de Brie » soit relevée.

Cette famille de « petite » noblesse va au fil du temps cumuler un certain nombre de fiefs et grimper dans l’échelle sociale. Sous Charles d’Albret (1370-1415), Jean de Brie est capitaine des châteaux de Chalus et de Châlucet. Son fils, Jean, reçoit à la fin du XVème siècle la permission de fortifier sa demeure de Brie. C’est l’édifice que nous connaissons aujourd’hui : « le 22 janvier 1485, au château de Rochechouart le vicomte Jean donne permission à son fidèle Jean de Brie, écuyer, seigneur de l’hostel, reppaire ou hébergement noble de Brie…de réédifier au même endroit une maison forte avec tours et tournelles (tourelles), craneux (créneaux), machecoulx (mâchicoulis), pont-levis, fossés. Il donne ordre à tous ses officiers de ne point perturber la marche du chantier ». Le 11 septembre 1500, le vicomte François de Rochechouart confirme l’autorisation donnée par son père quinze ans plus tôt. Cela signifie-il qu’à cette époque, le château n’est pas achevé ? Durant les guerres de religion, la grange de la basse-cour est, elle aussi, fortifiée (échauguettes d’angle et ouvertures pour armes à feu).

De 1564 à 1808, le château change de mains à de nombreuses reprises. Maître Boland, avocat à Paris, en devient propriétaire au début du XIXème siècle et se lance dans des travaux douze ans plus tard (corps de logis et tours découronnés et percement de nouvelles fenêtres).

Description :

Le Château de Brie, au XVème siècle, se développait autour d’une cour rectangulaire (40 m x 20 m environ) flanquée de tours circulaires aux angles. Aujourd’hui, seul subsiste le haut logis résidentiel, côté nord; l’enceinte et les tourelles d’angle au sud étant détruits (l’une, dans la première moitié du XXème siècle et l’autre en 1959).

Le logis, de plan rectangulaire, a conservé ses deux grosses tours d’angle et sa tour d’escalier hors œuvre donnant sur la cour (avec porte d’entrée de style gothique et belle voûte sommitale).

Le logis se composait d’une cave voûtée, d’un rez-de-chaussée (cuisine et office) et de deux étages résidentiels, le tout, surmonté d’un chemin de ronde sur mâchicoulis courant tout au long du logis et des tours (trace des corbeaux encore visible sur ces dernières).

Le confort n’était pas oublié. Chaque pièce du logis et des tours d’angle (servant de chambre) était chauffée par une cheminée. Les latrines, installées en raccord entre les tours et le logis, desservaient à la fois les chambres et les pièces du logis.

Dans l’ancienne basse-cour se dresse une grange flanquée de deux échauguettes (aux angles extérieurs) et percée de multiples couleuvrinières. L’édifice fortifié date soit de la seconde moitié du XVIème siècle, soit du début du XVIIème.



précédente - suivante