Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
La toque d'Huriel

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Tour de Saint-Sauveur-en-Puisaye, XIe, XIIe siècle.

Généralités - Historique - Diaporama

Fondation :
  • Fin XIème siècle ou début XIIème siècle
Sous le règne de :
  • Philippe Ier (1060-1108)
Grandes dates :
  • XVIème siècle : travaux de consolidation.
  • XVIIème siècle : construction du « château » moderne.
  • 2004 : une campagne de relevés est lancée
Principal intérêt :
  • La forme de la tour sarrasine ne semble pas avoir connu un grand succès auprès des bâtisseurs du Moyen Age. Lys-Saint-Georges (Indre) et Montlandon (Eure et Loir) complètent le trio français des tours ovales.
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1996. Propriété de la commune.
Bibliographie :
  • Virginie Jolly : Saint-Sauveur-en-Puisaye (Yonne) la tour Sarrasine – Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre 9 - 2005.
  • Jérôme Mercier : Saint-Sauveur-en-Puisaye (Yonne) restauration de la partie sud-est – Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre 14- 2010.

Si les textes sur la tour sarrasine sont rares et peu détaillés, les fouilles réalisées en 2004 (relevé d’élévation et sondages) nous permettent d’en connaître un peu plus à son sujet. Celle-ci daterait de la fin du XIème siècle ou du début du XIIème et aurait été construite en deux phases successives. Compte tenu de sa qualité architecturale, son commanditaire pourrait être le comte d’Auxerre (Guillaume Ier : 1040-1083, Renaud II : 1083-1097, Guillaume II : 1097-1148).

Au XVIème siècle, la tour fait l’objet de travaux de consolidation (remplacement du plancher de l’étage et réduction de la porte ouest). Cela laisse supposer que la tour a encore, cinq siècles après son édification, une fonction domestique ou résidentielle.

Au siècle suivant, le « château » (aujourd’hui musée Colette) est édifié. La tour, dès lors, perd tout intérêt.

Description :

La tour se dresse à l’est du village sur une éminence rocheuse transformée en motte artificielle. De forme ovale (barlong aux angles arrondis pour Jean Mesqui et Charles-Laurent Salch), elle mesure 23 m dans son grand axe et 16 m dans le petit. Ses murs, en petit appareil de grès ferrugineux s’élèvent aujourd’hui à 16 m. L’intérieur de la tour se compose de trois niveaux dont seul le second est éclairé par huit petites fentes de jour. Deux portes (entrée à l’ouest et latrines ou balcon au nord-est) complètent les ouvertures.



précédente - suivante