Monuments :
Antiquité
Sites gallo-romains
Visites 3D

Moyen âge
XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Tonquédec

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Remparts gallo-romains et vieille ville du Mans.

Généralités - Historique - Diaporama

Textes et photos ©

Fondation :
  • Date inconnue. Existence d'un probable lieu de culte dès l'époque gauloise. Premier temple construit sous Auguste.
Sous le règne de :
  • Auguste (27 av. J.-C. - 14 apr. J.-C.) pour le premier temple romain.
Grandes dates :
  • IIe siècle apr. J.-C. Construction d'un nouveau temple et du théâtre.
  • XIe-XIIe siècles : Construction de l'église Saint-Jacques.
  • 1916 : Décision du commandement français de fonder un camp d'entrainement pour les chars.
  • 1918 : Fin de l'activité du camp de Champlieu.
Principal intérêt :
  • Les vestiges du théâtre sont particulièrement bien conservés. Il s'agit d'un exemple rare d'édifice de spectacle de dimensions réduites, conservés dans le Nord de la France. On peut également parfaitement lire au sol l'agencement de l'établissement thermal.
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1846. Propriété du département de l'Oise.
Bibliographie :
  • Pas de référence pour le moment.


Plan du temple et du théâtre par Viollet le duc.

Les origines de Champlieu se perdent dans la nuit des temps. Un lieu de culte gaulois existait probablement à cet endroit avant la conquête de César. Les Romains s'empressèrent de l'occuper et d'y édifier un premier temple sous le règne d'Auguste. Au IIe siècle de notre ère, un nouveau temple, un théâtre et un établissement thermal furent construits. Cela suppose l'existence d'une petite agglomération relativement prospère dans les environs, peut-être enrichie par la pratique d'échanges commerciaux. Le site était en effet traversé par la célèbre voie romaine reliant Senlis (Augustomagus) à Soissons (Augusta Suessionum), connue sous le nom de " Chaussée Bunehaut ". Il est vraisemblable qu'il disparût au moment des grandes invasions, même s'il est impossible d'exclure une présence humaine restreinte à l'époque franque.

On relève à proximité les ruines d'une ancienne église romane dédiée à saint Jacques. Elle pouvait constituer une étape sur le tronçon de la route de Compostelle reliant Paris au nord-est de l'Europe.
Le site gallo-romain de Champlieu s'est effacé de la mémoire des hommes pour près de 1500 ans. Il fut seulement redécouvert et fouillé au cours du XIXe siècle. Viollet le Duc participa à l'affaire, à l'époque où il s'occupait du chantier de Pierrefonds.

Champlieu est rentré dans l'Histoire du XXe siècle pour avoir été le site de l'implantation du premier camp de chars, pendant la première Guerre Mondiale. De 1916 à 1918, des équipages se formèrent au pilotage et à l'usage tactique de cette arme nouvelle, sous le commandement du général Estienne.

Description :

Les vestiges sont visibles à la lisière de la forêt de Compiègne.

On estime que le théâtre, appelé le Fer-à-Cheval, pouvait contenir près de 3 000 personnes. Il mesure 70 m de diamètre. Autour de l'arène hémicylindrique s'élevaient quelques rangs de gradins en pierre pour les notables. Le gros des spectateurs était assis sur des gradins en bois. L'accès à ces gradins s'effectuait par des entrées percées à intervalles réguliers, desservis par une étroite galerie faisant le tour de la cavea.

Le temple dessine un carré de 22 m de côté. Sa cella était également carrée, à podium et galerie. On ne sait pas au culte de quel dieu il était dévolu.
Les thermes étaient précédés d'une cour carrée à colonnes, formant une sorte d'atrium. Les vestiaires (apodyterium) ouvraient sur les bains non chauffés (Frigidarium), puis sur les bains tièdes (trepidarium) et les bains chauds (caldarium).




précédente - suivante